Vendredi 26 septembre 2014 5 26 /09 /Sep /2014 12:47

Paul Mowbray est de nature peu loquace et lorsqu’il brise le silence, il choisit la musique folk, mode d’expression préféré des anachroniques anonymes.

 

Paul

 

Hirsute et souriant sur la pochette, notre afro blanc livre un très beau recueil de chansons intimistes et mélancoliques. Sa spécialité : les ballades folk poignantes et vibrantes qui ne tolèrent aucune intrusion larmoyante.

 

Aaron Levin ne s’était pas trompé, la musique de Paul exhale un doux parfum de mystère et de séduction.

 

 

Old Friends

 

Time To Time

 

Linda

Par Sébastien - Publié dans : Album of the Week
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 18 août 2014 1 18 /08 /Août /2014 22:49

Kevin Mantegna n’est pas un illustre inconnu. Usurpateur d’identité au sein du tribute band "The Liverpool Legends", il est considéré par Louise Harrison, sœur de George, comme "the best John (Lennon) anywhere on the planet".

 

Avant de ressusciter l’auteur de "Working Class Hero" à chaque apparition scénique, Kevin a eu une autre vie, dévouée à ses propres projets. Dans les années 90, il se fait remarquer avec The Critics et un album "Braintree" (1995), condensé de power pop survitaminée. Mais c’est en 1989 que notre lascar dévoile son savoir-faire mélodique sur ce premier essai discographique, passé inaperçu. Le résultat est jubilatoire : une pop classieuse et moderne teintée de références sixties. Derrière les manettes du son se cache Jeff Murphy (Shoes) qui casse, comme à son habitude, toute velléité lo-fi.

 

Kevin

 

25 ans après sa réalisation, ce disque garde son épatante fraicheur et prouve que Kevin n’est pas qu’un simple clone mais un artiste / musicien à part entière.

 

 

Invisible

 

Changing Me

 

Communicate

Par Sébastien - Publié dans : Album of the Week
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 5 juillet 2014 6 05 /07 /Juil /2014 11:57

J’aime quitter le lit conjugal en pleine nuit, enfiler mon casque de cosmonaute et m’envoler à bord de mon astronef pour rejoindre la belle et ensorceleuse Julie Saget.

 

Dans le jeu de la séduction, Julie n’a pas de rivale. Derrière cette voix de douce vierge innocente se cache une femme prédatrice redoutable adepte des plaisirs interdits. Naïf et imprudent, je me suis laissé prendre au piège de ce chant mélodieux, de cette sensualité débordante. Il faut se faire une raison, voici le disque de l’immoralité.

 

Julie Saget

 

Nue sur parvis de mon astronef

 

Autoroute aéroplane

 

Notre dernière colonie est une île

Par Sébastien - Publié dans : Le coin des filles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 3 juin 2014 2 03 /06 /Juin /2014 23:38

Cette sensation d’être passé trop longtemps à côté d’un artiste d’exception, sentiment coupable qui m’accompagne à chaque écoute des deux albums seventies de Richard Soutar.

 

Si le premier opus ("Lavender Daydreams) laisse entrevoir une qualité d’écriture et d’interprétation en dents de scie, alternant le sublime et l’anodin, le second album ("Episodes") dévoile un songwriting haut perché et une restitution sonore à couper le souffle. 

 

Episodes

 

Magique et délicieusement fragile sur les tempos lents, hypnotique et ensorcelante sur les tempos plus enlevés, la musique de Richard tournoie dans ma tête et agite mes neurones dans tous les sens, provoquant une dépendance salvatrice.

 

Lavender

 

 

EPISODES

 

Love's Fool

 

Sunny Faces

 

Pleasure Of Your Presence

 

 

LAVENDER DAYDREAMS

 

A Place In The Sun

 

Lord And Master

 

Electra

Par Sébastien - Publié dans : Album of the Week
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 13 mai 2014 2 13 /05 /Mai /2014 11:41

Clap de fin ! Pas véritablement car Jimmer n’a cessé d’écrire des chansons jusqu’à ce jour où un AVC a eu raison de ses aptitudes physiques. De son côté, Alan se consacrera, au cours des années 80 / 90 à l’écriture de chansons pour bandes originales de films sous le pseudonyme d’Eric Rackin et co-signera avec Jay Rifkin "Livin' On The Edge Of The Night", chantée par le dandy Iggy Pop.

 

Jimmer & Alan

 

Nos deux songwriters ont laissé derrière eux une fabuleuse mine d’or qui ne demande qu’à être extraite. Le filon semble inépuisable, comme le prouvent ces quelques démos, mises à l’écart des sessions d’enregistrement. Les prénoms de Jimmer et Alan devraient résonner dans toutes les encyclopédies rock dignes de ce nom. Il n’est pas trop tard pour réparer cette incroyable injustice.

 

 

Smiling Lady

 

Remember Your Old Before You Start

 

What Can I Do For You My Love

Par Sébastien - Publié dans : Features
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 29 mars 2014 6 29 /03 /Mars /2014 21:54

Faire table rase du passé, se réinventer pour exister, décrocher ce contrat tant convoité pour donner un nouveau sens à sa vie, Jimmer fait partie de ces infatigables acharnés qui refusent de capituler, portés par des rêves de grandeur et de reconnaissance.

 

A l’écart de la déferlante punk et des prémices de la new-wave, le temps est à la mélancolie introspective, le folk est devenu son nouveau mode d’expression. Seul avec sa guitare, Jimmer reste toujours ce mélodiste sensible et ce songwriter inspiré.

 

Jimmer

 

Jimmer parviendra à décrocher, en 1980, une audition avec John Hammond. Une quinzaine de chansons en poche, il tente une nouvelle fois de convaincre son auditoire qu’il mérite mieux que cet anonymat qui lui pèse tant. Mais l’histoire ne fait que se répéter inlassablement.

 

 

Where Are The Heroes

 

There Was A King

 

Summer Nights When We Were Young

Par Sébastien - Publié dans : Features
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 22 mars 2014 6 22 /03 /Mars /2014 17:13

Dans la thématique "album perdu", The Red Day Album devrait provoquer une onde de choc chez tous les amateurs de pop beatlesque. En apparence inoffensives, ces chansons lo-fi respirent la spontanéité et l'insouciance, ramènent un vent de fraîcheur salvateur dans la sècheresse mélodique actuelle.

 

Thomas

 

Enregistré sur les traces de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, l’album met en lumière un génie précoce - Richard Orange - qui poursuivra la relecture de cette pop sacralisée quelques années plus tard au sein de Zuider Zee, groupe ô combien essentiel des années 70.

 

 

Champion

 

No One's Benn For Weeks

 

Concord World

Par Sébastien - Publié dans : Album of the Week
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 mars 2014 4 20 /03 /Mars /2014 19:55

Il faut toujours un début à une histoire. La mienne a commencé avec la découverte de cet album perdu de 1975. Les querelles et les incompatibilités d’humeur entre Jimmer et Tony Rodriguez (ingénieur du son) auront raison du rêve de notre duo, le label "Mohawk" décidant d’arrêter les séances d’enregistrement avant le mixage final des voix.

 

Quelques années plus tard, le label prendra la peine de graver quelques copies, les enveloppera dans une pochette générique, oubliera de citer Alan et écorchera le nom de certains titres.

 

Jimmer

 

Si l’abandon de ce projet sonne la fin de l’étroite collaboration entre Jimmer et Alan, l’histoire ne s’arrête pas là (à suivre).

 

 

Storm In The Night (demo)

 

Whatcha Gonna Do (I Still Love You Baby)

Par Sébastien - Publié dans : Features
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 1 mars 2014 6 01 /03 /Mars /2014 18:29

Avec cette session datant de 73/74, Jimmer et Alan prouvent une nouvelle fois qu’ils sont d’immenses songwriters. C’est désormais une certitude, notre duo possède le brio et l’inventivité des plus grands. Adepte des mélodies instantanées et vulnérables, il est passé maître dans le télescopage des genres (country, pop, folk). C’est également la qualité de la production et des arrangements qui surprend et fascine. Il y a bien entendu la voix de Jimmer, une des plus belles et troublantes de la pop music.

 

Alan

 

Sur les dix chansons de cette session, huit méritent des louanges. Si "Eddie McDevitt", inspirée par le "Bloody Sunday", fait figure de pièce maîtresse, des titres comme "Space Underground" ou encore "Good Time Tunes" renforcent ce sentiment que ces deux artistes étaient bien au dessus de la mêlée.

 

Grâce à cette session, Jimmer et Alan décrochent un contrat avec le micro-label new-yorkais Mohawk. Mais c’est "Good Bye" qui fait forte impression, Tony Rodriguez (ingénieur du son) pensant au départ qu’il s’agissait du nouveau single de Paul McCartney.

 

 

Space Undergound

 

Good Times Tunes

 

 

Par Sébastien - Publié dans : Features
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 13 février 2014 4 13 /02 /Fév /2014 22:56

Enregistrée au cours de l’automne 1973 à la maison de la musique (House Of Music) à West Orange (New-Jersey), dans un froid hivernal, cette "live" session comprend 5 titres qui s’inscrivent dans une veine plus rock'n'roll qu'à l'accoutumé.

 

  Cletis

 

Alan est de retour, on retrouve également Ed et Kenny. Malgré la fraicheur, le quatuor s’en donne à cœur joie, le plaisir de rejouer ensemble est perceptible, la complicité est palpable. Cette session marque un nouveau départ pour Alan et Jimmer, synonyme d'une créativité décuplée et d'une alchimie parfaite.

 

 

With Somebody Else

 

Be A Someone (Don't Know Why)

Par Sébastien - Publié dans : Features
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Archives

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés