Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Strange Experience

A Blog to Underground Sounds


Van Dyke Parks - Song Cycle (1968)

Publié par Chris sur 5 Décembre 2006, 00:29am

Catégories : #Le coin des invités

Un proverbe irlandais dit que la bonne musique doit faire rire ou pleurer. Si l’on considère les poilades qui m’agitent à l’écoute de ses albums, Van Dyke Parks doit faire de la très très bonne musique. Qu’il imite le phrasé des Noirs de Trinidad sur Discover America, qu’il s’amuse avec les titres de ses chansons-on trouve sur Song Cycle "Van Dyke Parks" (Public Domain) et "Public Domain" (Van Dyke Parks)-entre autres espiègleries, un rien m’amuse, j’en conviens.

Parks a joué sur le "Fifth Dimension" des Byrds et le premier Tim Buckley, produit The Mojo Men et écrit pour le Smile de Brian Wilson-entre autres chef-d’œuvres. Sentant l’impasse, il a quitté le navire Beach Boys-sur lequel de toutes manières ses ésotériques paroles n’ont jamais amusé personne- pour sortir son propre album. Pour celui-ci, il a contracté les folies de Brian, chansons cathédrales, labyrinthiques.

Song Cycle est un album comme il y en a peu : j’ai beau l’avoir écouté un nombre incalculable de fois ; je n’arrive pas à l’appréhender dans sa globalité, un peu comme le premier Soft Machine. Les orchestrations sont délirantes, bien loin des standards rock, jouées par pas moins de 78 musiciens, Van Dyke s’amuse avec sa matière, magnifie le déjà magnifique "Wine Street" de Randy Newman, le plus beau morceau du monde juste derrière "God Only Knows", trafique sa voix, le tout avec une grâce et une inspiration qu’atteindront peu de groupes baroque pop.

L’album a coûté une fortune à Warner Bros (un peu moins de 50000 dollars pour en rapporter 15000…). Et malgré le titre de "meilleur album de l’année" que lui décernent Esquire et hum…Hi Fi Stereo Review, Song Cycle n’intéressera pas grand monde.

En écoute, en ce qui concerne "Vine Street", surtout ne vous braquez pas sur les nerveusement éprouvantes quarante premières secondes, c’est le passage par le purgatoire qui mène à la droite de Dieu.

Van Dyke vient d’arranger et de produire le "Ys" de Joanna Newsom, beau à frissonner. Là, ce sont les petits cris de souris en plastique de la miss qui me font marrer. "Ys" serait-il le Song Cycle des 00’s ?

 

Chris



Vine Street



The Attic


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents